Veronica Falls & Twin Shadow @ Point FMR

Soirée patchwork étonnante vendredi soir au Point FMR : trois groupes aux univers complètement différents!

Ca commence très fort avec The Terror Pigeon Dance Revolt, duo survolté offrant déguisements au public et danses dans la fosse, devant un décor de bric et de broc échaffaudé sur la bord de la scène.
Et ça marche, les gens jouent plutôt bien le jeu de la performance!
Pas grand intérêt musicalement (ils sont quand même signés sur le label de David Byrne), mais ça vaut le coup d'oeil.
Pas de photos, ils jouent dans le noir...

Les Veronica Falls nous entrainent ensuite dans leur girl power music, que n'aurait pas renié Tami (il ne manquait que les collants rayés), avec force guitares et le carré-frangé noir corbeau impeccable de la chanteuse.
Ca passe bien.

Tête d'affiche de la soirée, Twin Shadow fait très bonne impression, avec de nombreux fans dans la salle apparemment.
L'homme à la moustache (c'est à la mode) nous livre un set gonflé aux synthés et aux rythmes groovy.
Il joue tout son album et une reprise de Love en rappel (l'excellente Alone Again Or, reprise par de nombreux groupes).
Il reviendrait en février à Paris, à surveiller.

Tunng @ La Machine

Lisboa, I miss you already

Glasser, Thus:Owls, Natureboy @ Point FMR

On peut toujours faire confiance à Stéphane Amiel pour nous faire faire de belles découvertes.
Je n'ai jamais été déçue par les affiches de son festival Les Femmes s'en Mêlent, j'y ai même découvert des artistes que j'adore : Eleni Mandell, Lonely Drifter Karen, Au Revoir Simone...

Hier soir au Point FMR avait lieu la soirée En attendant les Femmes s'en Mêlent, une sorte de mise en bouche du festival qui se tient en avril.

Natureboy pas inintéressant mais je n'ai pas spécialement accroché.
Trop monotone à mon goût, à part sur le dernier morceau, dommage.

Le grand frisson de la soirée pour moi : le groupe suédois/canadien Thus:Owls.
Je suis rarement autant transportée par un groupe sans connaître les morceaux.
Un mélange indescriptible de folk expérimental, blues mystique (la voix de la chanteuse est incroyable) avec des envolées limite post-rock, un solo de guitare très électrique, un petit passage de flûte...
Bref, ça mélange tout et n'importe quoi et le résultat est... génial.

Un peu moins emballée par la star de la soirée, Glasser, petite boule de nerf toute menue, petite soeur de Fever Ray (même goût pour les tenues de scène étranges) et de Bat for Lashes.
Sa voix m'a un peu fait penser à celle de Feist, en plus puissante, sur deux morceaux a cappella.
Elle dégage quelquechose d'assez dur sur scène, regard perçant et mouvements saccadés.
Il faut quand même lui reconnaître un certain charisme, et l'on ne peut pas s'empêcher de bouger en la regardant remuer sur scène.
Concert très court, une demi-heure à peine.

Home

Avec le retour de l'automne et bientôt l'hiver, on a plus envie de rester chez soi que de fréquenter les parcs et terrasses de cafés.

Du coup ça me redonne l'envie et le temps de m'intéresser à l'aménagement mon appart.

Avant de déménager, j'ai eu des mois pour l'imaginer, pour fureter sur le net et collectionner les images qui m'inspiraient.
J'ai même créé un tumblr uniquement à cet usage au début, et qui a un peu évolué depuis (bon c'est un peu la honte parce-que je ne précise jamais où j'ai trouvé les photos, la plupart du temps sur d'autres tumblr ou sites de déco assez connus... bouh, pas bien!).

(Elo fait aussi mumuse avec son nouvel appareil photo, hum...)

Il reste encore quelques petits travaux à faire (rien de très lourd), et depuis cette semaine je m'y remets doucement : peindre les fenêtres en blanc, finir de gratter la tomette (quelle plaie), tapisser les vieilles étagères de papier fleuri bien kitsch...

La "mission" la plus importante à mes yeux : bien réfléchir à quoi mettre sur mes murs.
J'ai déjà quelques pistes, à suivre donc ;)

Horse Feathers @ La Flèche d'Or

Quelques photos du concert de Horse Feathers à la Flèche d'Or.
Pour un compte-rendu détaillé, je recommande amazinglyblog :)

Attention, un célèbre bloggeur et très gros fan de concerts indé se cachent dans ces photos :p

Lisboa

Dernières photos avant de replonger dans la vie parisienne... *soupir*

Les Amours Imaginaires

Images des Amours Imaginaires qui me reviennent, couleurs à la Almodovar, ralentis à la Wong Kar Wai...
Un film sensible sur un sujet qui touche tout le monde... un vrai coup de foudre pour ce film à la B.O. très pointue (de The Knife à Dalida, Fever Ray... cherchez l'intrus :p).

Affiches superbes aussi, en trois couleurs (ma préférée en rouge).

Lisboa // Os Gemeos, Pra quem mora lá, o céu é lá

Superbe expo au Musée Berardo à Belém (traduction du titre : "pour ceux qui y vivent, le ciel est là").

Je découvre l'univers d'Os Gemeos, deux artistes brésiliens qui font du street art.
A vrai dire leurs personnages me sont familiers, j'ai déjà aperçu ces visages à la peau jaune...

Un univers entre Tim Burton, Miyazaki et Lewis Carroll : on est tout de suite plongé dans un conte fantastique...
Bande-son : Portishead, Cocorosie... petit moment suspendu.

Pour les curieux, quelques articles et plus de photos ici et .

Le reste du musée : des salles immenses, quasi-vides. Personne ou si peu.
Beaucoup d'installations vidéos. Des sons bizarres. Une ambiance à la David Lynch, brrrr...

Lisboa, les palmiers

Le truc qui est forcément dépaysant pour un parisien ce sont les palmiers.

A Lisbonne on est servis, dans les jardins et les parcs.

Cela donne à la ville une petite touche californienne (ajoutez à ça le Pont Vasco de Gama qui fait bien penser au Golden Gate Bridge de San Francisco).

Rien de très original, mais ça fait partie des choses qui m'ont marquée, et que l'on retrouve dans beaucoup de mes photos (et puis ce ciel bleu quand même, raaaah...).

Lisboa, la lumière du soir

C'est arrivé comme ça, sans prévenir.
Je me promenais dans les petites rues derrière le Castelo, et tout à coup, la lumière a changé.
Il était dix-huit heures environ, et j'ai longuement vagabondé dans les rues, le nez en l'air...

Lisboa, les jardins botaniques

J'aime bien me promener dans les jardins botaniques quand je voyage. C'est une de mes marottes.
Ceux de Lisbonne sont très jolis, et surtout, déserts.

Au Jardim Botanico, j'ai fait une petite sieste sous les palmiers.
Juste le bruit du vent dans les feuilles, allongée de tout mon long sur un vieux banc.
Tranquilité.

A Belém, passé des heures au Jardim do Ultramar vers midi, quand la lumière est trop dure.
Personne dans les allées.
Quelques paons, des bancs décatis.
Un petit paradis.

On m'a dit que l'été indien est en novembre à Lisbonne. C'est donc encore l'été là-bas...

"Oh hazy, lazy days... I could dream of you forever."