L'oeil en éventail : Charlotte Perriand @ Petit Palais

Petite excursion dans un univers pas si familier pour moi : le design.

Le Petit Palais propose une expo sur les influences de la photographie dans l'oeuvre de Charlotte Perriand, architecte et designer française qui a travaillé avec Pierre Jeanneret et Le Corbusier à la fin des années 20 et dans les années 30.

Ce sont tout d'abord les photos où figure Charlotte Perriand qui me frappent.
Je découvre une très jolie femme, un brin provocatrice.

Ensuite le parallèle entre ses photographies et ses inventions est assez bien souligné, c'est amusant : la chaise longue, la table rondin...

Petite digression : je verrais bien ces étagères chez moi...

J'aime beaucoup son univers, doux, élégant... ses sources d'inspiration très naturelles : cailloux, galets, bois flotté...

L'expo n'est pas très grande, mais le parcours est un peu déroutant. Hormis la salle principale, ses créations sont disséminées dans la collection permanente, permettant ainsi un dialogue savoureux avec des pièces de mobilier ancien, tableaux classiques...

A voir jusqu'au 18 septembre 2011, pour les curieux.

Le Chat du Rabbin

J'étais tombée amoureuse du Grand Vampire de Sfar il y a quelques années, mais je n'avais qu'effleuré sa série du Chat du Rabbin.
Après avoir vu le film je vais vite me rattrapper!

C'est drôle, fin, beau, et ça nous transporte complètement ailleurs, à Alger dans les années 20, dans une culture différente et le respect des religions, quelles qu'elles soient.
Vraiment je suis sous le charme...

Miami City Ballet @ Théâtre du Châtelet

J'aime beaucoup le festival des Etés de la Danse, car il permet de découvrir des compagnies du monde entier (Canada, Cuba, Novossibirsk...) et donc des styles de danse et de danseurs très différents.

Cette année c'est le Miami City Ballet qui remporte un énorme succès (mérité) en présentant des oeuvres de Balanchine, Jérôme Robbins, Twyla Tharp, Wheeldon, Taylor.

J'ai eu la chance de voir Theme and Variations de Balanchine, sur une musique de Tchaikovsky.
On se laisse peu à peu aller à cette chorégraphie très musicale (c'est le propre de Balanchine qui visualisait la musique à travers les pas de ses danseurs) et la virtuosité de Jennifer Kronenberg (dans les solos et les pas de deux). Le final tout en ensemble est très jouissif.

Le petit moment suspendu de grâce vient avec In the Night de Jérôme Robbins.
Sur fond de nuit étoilée, trois couples dansent tour à tour au son des Nocturnes de Chopin, symbolisant les trois âges de l'état amoureux, du plus avancé au plus précoce.
Et là une magnifique danseuse se détache du lot : Jeanette Delgado, toute en énergie, puissance, sensualité.
Je regrette mille fois que les danseurs de l'Opéra ne dansent pas comme ça.

Je le regrette encore plus devant In the Upper Room de Twyla Tharp.
Quarante minutes de course effrenée, un vrai maranthon de danse, alternant passages sur pointes et en baskets, à l'énergie communicative.
Les danseurs semblent tellement heureux d'être sur scène et de danser, j'ai rarement vu ça.
Encore une fois je suis subjuguée par Jeanette Delgado et je perds le souffle en suivant le moindre de ses mouvements.
A la fin du spectacle, la compagnie est ovationnée, avec raison.

Stanley Kubrick @ Cinémathèque

Une expo très dense et qui en même temps survole un peu les films, qui veut parler de tout sans être indigeste.

C'est un parcours à travers toute la carrière de Stanley Kubrick qui nous est proposé : de son premier court métrage de 9 minutes à son dernier grand projet sur Napoléon qu'il ne réalisera jamais.

On passe donc de films en films avec beaucoup plaisir, regrettant seulement un peu le manque de fil conducteur, l'idée directrice de l'expo.
Elle est peut-être tout simplement là, dans les films, dans ce regard unique sur l'humain.

Je note quelques petits détails pour me souvenir :

- les premiers reportages photo qu'il publie chez Look, dès 16 ans...
- les impressionnantes photos de la centrifugeuse fabriquée pour les séquences dans le vaisseau spatial de 2001, pour créer cet effet d'apesanteur...
- la maquette du vaisseau spatial, avec sa longue colonne vertébrale qui plane au-dessus de nos têtes, et l'émotion quand j'entends la musique du film...
- ce livre ancien sous vitrine : De Berlin à Dantzig, Voyage d'un artiste en 1773, de Daniel Chodowiecki, dont les gravures servirent d'inspiration pour Barry Lyndon...
- les photos des décors de Shining : cette imposante façade d'hôtel entièrement reconstruite d'après modèle...
- les portraits de Sue Lyon par Bern Stern, parus dans le Look du 17 juin 1962, avec ces couleurs acidulées...

Beaucoup, beaucoup de choses à voir et à lire... je conseille vivement!
Comptez deux bonnes heures voire plus, et dépêchez-vous l'expo ferme ses portes le 31 juillet!

les p'tits week ends en banlieue #2

Les week ends en banlieue, j'en profite pour cuisiner mes classiques de l'été, photographier le jardin, nager au soleil (quand il y en a) ...

Comme un 14 juillet : la Mouzaia

Depuis le temps que je voulais me balader dans ce quartier, je n'ai pas été déçue!
J'ai passé un très bon moment à fantasmer sur ma future maison, dans un futur imaginaire quand je serai très très riche...

Sans blague, quand on pense que ces maisons étaient habitées par des ouvriers à l'origine, ça laisse songeur...

Beginners

Mike Mills a réussi le film que Cameron Crowe avait raté en 2005 avec Rencontres à Elizabethtown.

Un film sur la mémoire, la famille, le deuil du père, la douleur folle qui s'ensuit et comment la surmonter.

Peut-être est-ce grâce à ses acteurs, le touchant Ewan McGregor, la subtile Mélanie Laurent, le fabuleux Christopher Plummer.

Peut-être qu'il n'essaie pas d'en faire trop. Le film est parfois drôle, souvent triste, terriblement juste.

the list

Ma traditionnelle liste de l'été, pour ne pas oublier toutes ces petites choses à faire, à voir...

- acheter des pastéis de nata chez Comme à Lisbonne, pour me rappeler ces quelques jours passés là-bas en septembre dernier.

- faire le marché de Belleville pour acheter mes fruits & légumes, marre de payer cher des légumes pas bons au Monop'.

- aller à la piscine une fois par semaine (en nocturne, c'est chouette) et prendre plus souvent mon vélo pour bouger dans Paris.

- profiter des bons plans : le ciné en plein air de la Villette (Taxi Driver, Journal Intime, Gomorra, Les nuits de la pleine lune, Manhattan, West Side Story), le festival Fnac Live sur le parvis de l'Hôtel de Ville (Cascadeur)...

- me baigner dans un lac à Berlin.

- enfin prendre un petit déjeuner à Inn the Park à Londres.

- trouver de la jolie vaisselle pour enfin me débarasser de mes moches assiettes blanches IKEA à 0,50 €, ça tombe bien j'en ai repéré de très jolies chez Habitat :)

- me bouger les fesses pour voir toutes ces expos : Brassens @ Cité de la Musique, Kubrick @ Cinémathèque, Tokyo-E @ Le Bal, Charlotte Perriand @ Petit Palais...

- rattraper mon retard au ciné : Un amour de jeunesse, Beginners, Une Séparation, Blue Valentine, Le chat du rabbin, les reprises d'Il était une fois en Amérique et de Vivre sa vie.

- moins fun : gratter la tomette et en finir avec le sol de mon appart!
Terminer quelques finitions et assembler mes jolies caisses de bois pour en faire des étagères de récup'!

-faire quelques escapades en Ile de France pour visiter châteaux, abbayes, jardins... un peu de campagne et de culture aux alentours de Paris!

les p'tits week ends en banlieue #1

Comme mes vacances d'été ne sont pas pour "tout de suite tout de suite", pour patienter je passe mes week ends en banlieue sud, à 20 mn de Paris en RER.

Et contrairement aux idées reçues, la banlieue ça peut être joli, très joli.

En me baladant, j'ai été frappée par la diversité de l'habitat, des maisons toutes vraiment différentes les unes des autres, de la maison au toit de chaume ou aux accents provençaux, ou la petite masure de bois abandonnée, à la maison de bord de mer avec ses planches peintes en bleu... Oui oui j'ai bien dit à 20 mn de Paris!

Sans parler des jardins fleuris, de la végétation partout!

this summer

Back to the roots cette année avec la Route du Rock, qui nous propose une fois de plus une des plus jolies affiches de cet été : The Kills, Blonde Redhead, Battles, Electrelane, Low, Cults, Cat's Eyes, Okkervil River, Here We Go Magic... on va se régaler!
J'imagine déjà les siestes sur la plage de Saint Malo et les soirées au Fort Saint-Père, comme au bon vieux temps!
Et pour la peine je boude Rock en Seine.

A la place je pars une petite semaine à Berlin, que j'ai visité en hiver et en automne, et que je rêvais de découvrir l'été : mission lacs, forêts, baignade, ballades... A la cool dans un petit appart de Friedrichshain :)

Et pour boucler l'été en beauté, un petit saut à Londres et Brighton.

Montreal City Guide

Un petit récap' de nos bonnes adresses à Montreal chez Lost Persons Area.

Rain & Cloud

Bientôt dans ma collection de sacs : le joli Rain & Cloud.

A mettre dedans : Trop n'est pas assez d'Ulli Lust, récit assez dur mais captivant d'une errance de jeunesse, quelques mois sur les routes d'Italie, à dormir dehors en mode "punk".
Un carnet de voyage unique et précieux.