Dreams... of Hawaï

Gros crush sur le dernier album de Taken by Trees, Other Worlds.
Le précédent, East of Eden, faisait déjà partie de mes albums préférés.

La suédoise Victoria Bergsman aime partir enregistrer à l'étranger, d'abord au Pakistan, puis cette fois à Hawaï.
Ca tombe bien, depuis quelques mois je rêve justement de ces îles mystérieuses, loin des clichés sea & surf.

Quelques images du clip de Dreams, pour rêver un peu plus...

Under blue moon i saw you

Complètement amoureuse de ce disque que je découvre seulement maintenant, Ocean Rain à la si belle pochette, tout comme ce groupe, Echo & the Bunnymen, que je ne connaissais que de nom.

Mes trajets en métro, mes balades à pied, mes après-midi au soleil : c'est la bande son parfaite.

J'ai hâte de les voir à Primavera.

Et quel ne fut pas mon ravissement de voir Simon, mon personnage préféré de The Misfits (à la troublante ressemblance avec Ian Curtis), écouter The Killing Moon dans un épisode de la saison 2.

Ah j'adore cette série.

La B.O. est vraiment top.

Je recommande chaudement.

Alessi // Joanna // Alina

Mon top 3 des voix féminines en ce moment :

Alessi's Ark // Joanna Newsom // Alina Orlova

1/ Alessi's Ark : londonienne, 21 ans, sort un disque en 2009 (Notes From The Treehouse) et quelques EPs, une sorte de Cat Power pas dépressive, c'est frais et folk...

2/ Joanna Newsom : from San Francisco, 28 ans, harpiste, découverte sur la compile de Devendra Banhart (Golden Apple of the Sun) avec le morceau Bridges and Balloons, voix haut perchée et enfantine, un triple album qui se laisse découvrir au fil des écoutes (énorme Easy), quelques dates en France en septembre...

3/ Alina Orlova : lituanienne, 23 ans, artiste-peintre qui décide un jour de devenir musicienne, chante en lituanien, russe et anglais, influences slaves, un mix féminin entre Beirut et Yann Tiersen, un univers à part découvert grâce à Vincent Moon qui l'a filmée à Paris, en concert au Café de la Danse le 8 novembre.

the noise made by people

C'était une cassette usée dans un vieux walkman accroché à mon sac troué de lycéenne.
Qui accompagnait mes trajets jusqu'à la gare chaque matin, jusqu'à la maison chaque soir.
Quinze minutes de marche le long du bois, c'était au printemps je crois.
Ca sentait la fin de l'année, et peut-être bien les examens... ah oui tiens, c'était l'année du bac.

Enregistrée un soir, entre 21h et 22h à l'époque, sur mon vieux poste radio-cassette.
Le fenêtre ouverte sans doute, le nez en l'air à regarder la nuit tomber.
Ou alors allongée tout près du poste, le casque sur les oreilles. Je m'endormais souvent comme ça.

Il y avait un morceau coupé au milieu. C'était une cassette d'une heure.
Trente minutes sur chaque face, il fallait bien négocier le changement de face.

On vivait les concerts comme ça, à la radio, en rêvant du moment où on aurait un appart à Paris.

Aujourd'hui la cassette doit être quelque part dans un carton, quelque part au grenier... J'aimerais bien retrouver l'enregistrement sur internet.
En attendant je réécoute The Noise Made by People.

Broadcast, Black Session #162 @ Studio 105, Paris, le 04/05/2000

Tracklisting : Long was the year, Where youth and laughter go, Message from home, Echo's answer, Dead the long year, Look outside, Come on let's go, Interlude 2, Unchanging windows, Paper cuts, Lights out, Hammer without a master

Timber Timbre

Je suis allée trainer mes sandales au Bataclan la semaine dernière, pour aller voir Richard Hawley et Timber Timbre.

J'étais curieuse de voir ces derniers, découverts via Mlle Eddie il y a quelques mois.

Groupe folk-indé canadien, avec un album éponyme sorti en 2009. Ambiances minimalistes, voix très particulière... je recommande.
Ils méritent en tout cas un autre passage à Paris, dans un salle intimiste, La Maroquinerie serait parfaite... (et ce sera finalement le Café de la Danse, en 1e partie de Josh Ritter le 10 septembre :)

Don't look back

Le grain épais du noir et blanc, les looks 60's, les groupies (toujours une potiche quelque part dans le cadre, et quelques figures connues dont Joan Baez), les chansons bien sûr, les sempiternelles questions des journalistes ("est-ce que vous croyez à ce que vous chantez?" etc), la running joke sur Donovan, la séquence d'ouverture façon clip sur Subterranean Homesick Blues...

Pas étonnant que ce documentaire soit culte.
Filmé lors de sa tournée en Angleterre en 1965 (cf les photos de Barry Feinstein), le film prête souvent à sourire et fascine.
Le très jeune monstre sacré Dylan se laisse tourner autour au début, de loin, et se dévoile de plus en plus, parle, s'énerve...

Je connais finalement peu Dylan... mais petit à petit j'ai envie d'en savoir toujours plus...

"I'll let you be in my dream if I can be in your dream"

Pêle-mêle

** Ai écouté en boucle Heligoland de Massive Attack la semaine dernière.
Bande-son parfaite de mes trajets nocturnes en RER (j'ai battu un record jeudi soir, deux heures pour rentrer chez moi!).
Mon morceau préféré : Paradise Circus, avec la sublime Hope Sandoval.
Les remixes de la version "luxe" sont chouettes aussi.
Bon allez, pour leur prochain passage à Paris je prendrai ma place!

** Ai vu Mother de Joon-ho Bong.
Je gardais un très bon souvenir de Memories of Murder et on m'avait dit beaucoup de bien de The Host (pas vu).
J'ai bien aimé cette histoire de mère un peu (beaucoup) folle, prête à tout pour protéger son fils.
Kim Hye-Ja est impressionnante dans ce rôle... on ne voit pas souvent des femmes de cet âge avec des rôles aussi complexes et tarés... (pour un remake français je verrais bien Isabelle Huppert).

** Je déménage dans moins d'un mois, avec quinze jours de travaux juste avant... cette fois il va vraiment falloir que je me mette aux cartons, pfffff..

everybody's got a little hole in the middle, everybody does a little dance with the devil

Petite sélection de ce qui accapare mes oreilles ces derniers temps...

Chet Baker Sings

A la recherche de "mood elevators" en ce moment, moral en dents de scie.
Je n'ai pour l'instant rien trouvé de mieux que la musique, d'autres idées?
A force de fouiller dans mon ipod ce matin dans le métro, j'arrête mon choix sur ça.

Le jazz, c'est magique.
Tout à coup, on se retrouve dans un film de Woody Allen. On se met à compter les sourires sur le chemin (ils ne sont pas si rares que ça).
Je pense alors à cette séquence dans Hannah et ses soeurs, et aux poèmes de E.E. Cummings.
Et la vie est plus légère.

You've got the love

Superbe pochette d'un superbe morceau d'un super groupe, remixé par un autre super groupe...
Je vous laisse apprécier :

The Blue Moods...

... of Spain.

Ca n'est jamais très bon quand je ressors ce disque.

*feeling blue*

Declaration of Dependence

Non seulement j'aime leur musique, mais leurs pochettes me plongent toujours dans un drôle d'état contemplatif, un peu rêveur, un peu ailleurs.

Ils passent au Bataclan en Novembre, j'ai déjà ma place.

Francis

J'ai décidément la loose avec la Poste, trois semaines pour recevoir mon 7" des Rayographs, j'ai bien crû qu'il s'était perdu!

La pochette est superbe, par contre je ne suis pas encore équipée pour l'écouter!

Alors en attendant je me console sur leur myspace et lastfm où l'on peut écouter des titres en ligne, enjoy!

Laughing with a mouth of blood

St Vincent, c'est très très bien, et elle fait la première partie de Grizzly Bear à la Cigale :)

Bret & Jemaine

Ma nouvelle série fétiche!

Vous l'aimerez si vous aimez :

- New York,
- la musique,
- la Nouvelle Zélande,
- les situations un peu absurdes...

Quelques extraits pour vous en convaincre :