Valse avec Bachir

Choix merveilleux du dessin d'animation pour un documentaire : on effectue un plongeon dans la mémoire, l'imaginaire, la fiction, le rêvé, le vécu, on ne sait plus...

Le rythme et la beauté des images sont à couper le souffle.
La musique fait complètement partie du récit, comme un personnage omniprésent qui nous replace dans le contexte des années 80.

Les deux dernières minutes nous serrent la gorge et nous arrachent les larmes.
Un grand film.


L'Etoile Marocaine

Une envie irrépressible de couscous, tajines, pâtisserie marocaines, thé à la menthe ?

A deux pas des Champs Elysées, où les bons petits restos abordables ne sont pas légions, L'Etoile Marocaine est une vraie petite oasis où je commence à avoir mes habitudes.

Le service est prévenant, le cadre intime et la carte traditionnelle mais succulente (et je pèse mes mots) : la meilleure semoule que j'ai jamais mangé, les légumes du couscous sont fondants, la viande est tendre... aaah j'en salive rien que d'y penser!!

Bref, l'addition est un poil salée mais ça vaut vraiment le prix.

Compter 25 € par personne pour un couscous ou un tajine.
La bouteille des Côteaux de l'Atlas, un vin marocain, vaut son pesant d'or!

L'Etoile Marocaine
56 rue de Galilée
75008 Paris

Sex & the City

Je me réservais cette petite sucrerie pour la fin de mes oraux, histoire de décompresser, penser enfin à autre chose, voire même ne plus trop penser.

Et bien mission accomplie !

Malgré la musique horripilante et trop présente, la superficialité (bon, en même temps c'est une série qui parle de "mode" donc...), les situations pas trop crédibles parfois, c'est toujours drôle (voire très drôle à une ou deux reprises), on aime toujours les personnages, et il y a toujours ce petit côté en plus par rapport à d'autres "comédies romantiques" américaines gnan gnan (c.f. 27 Robes, huhu).

Donc voilà, pas le film de l'année, mais dans un certain contexte ça fait bien plaisir quand même! :)

Paris, New York, 1930 @ Opéra Comique

Pour changer, un petit concert à l'Opéra Comique mardi dernier.

Le thème : Paris - New York, années 30.
Percussions, piano, clarinette, violon.

La pureté du son me surprend et m'enchante.

La place Boieldieu est un petit endroit bien caché dans le 2e arrondissement, au sud des Grands Boulevards. Elle est entourée d'immeubles qui ont abrités des personnages célèbres : Alexandre Dumas (fils) est né en face, Goya a habité à côté...

Sous le ciel lourd et orageux de Paris, cette petite place est pleine de charme.

La beauté des lieux est étonnante : il faut aimer le style "Garnier" en miniature, avec des muses en pierre un peu partout dans la salle et le grand plafond...

le best-seller de l'été

Clafoutis Suprême aux Cerises

Préparation : 25 mn
Cuisson : 45 mn/60 mn

Ingrédients (pour 6 personnes) :

- 5 oeufs
- 1 pincée de sel
- 130 g de sucre en poudre + 1 cuillère à café
- 80 g de farine
- 60 g de beurre + 1 cuillère à café + de quoi beurrer le moule
- 30 cl de lait
- 300/500 g de cerises

Préparation :

Préchauffez le four à thermostat 6 (180°C). Battez les oeufs en omelette. Ajoutez le sel, le sucre et mélangez bien. Le mélange doit être mousseux. Ajoutez le beurre fondu, puis la farine, avant de délayer avec le lait.

Lavez, équeutez les cerises et faites-les revenir 3/5 mn à la poêle à feu doux avec la cuillère à café de sucre et de beurre.

Disposez les cerises dans un plat (terre cuite, porcelaine...) bien beurré avec le jus.

Versez la pâte sur les cerises puis faites cuire à four moyen (thermostat 6/180°C) pendant 25 mn. Servez tiède.

to-do list

Dans cette dernière ligne droite avant mon grand oral, je tiens la liste de toutes les choses bien chouettes que je vais pouvoir faire après :

- aller déjeuner à Rose Bakery avec celles qui voudront me suivre (gros appel du pied les filles !!) (done with my best brunette préférée!)

- acheter le bouquin Breakfast, Lunch, Tea (de Rose Bakery justement) (done !) et tester les recettes! (done, à suivre...)

- faire du sport : aller nager à la Piscine Pontoise une fois par semaine / aller courir deux fois par semaine (on peut toujours rêver...)

- passer un petit week end à Londres avec ma coloc préférée et en profiter pour flâner dans les parcs, faire un tour à la Tate Modern, et manger plein de choses délicieuses.. (done!)

- aller faire un tour aux festivals Sous la Plage et Paris Plage (pour se mettre "in the mood")

- aller voir des expos : Peter Doig au Musée d'Art Moderne, Saul Steinberg à la Fondation Cartier Bresson, Richard Avedon au Jeu de Paume, Annie Leibovitz à la MEP... (done!)

- enfin terminer l'habillage de mon blog (et en profiter pour tout refaire, en fait) (done!)

- rattrapper mon retard en tirages noir & blanc (done! à suivre : des galeries n&b sur l'Islande...)

- manger des pastel de nata (done : à suivre...)

- lire, lire, lire, allongée sur le tapis moelleux de l'herbe d'un parc

- aller tester le resto La Baignoire (done!)

- acheter un ordi portable, et le dernier album de Joan as Police Woman (done : thanks colloc!)

- acheter quelques "basiques" pour les vacances (des petites robes toutes simples) chez American Apparel :p (done done done!)

- préparer mes vacances justement : lectures, bronzage... ouééé

Je n'en peux plus d'attendre :)

Marie Antoinette @ Grand Palais

Parcours en trois actes dans la vie d'une reine qui ne fût jamais vraiment là où elle devait être.

// L'éducation d'une enfant joueuse, rêveuse, fantasque, pour mieux rentrer dans les carcans de la cour.

// L'affirmation d'un goût raffiné dans les moindres détails de la vie quotidienne : coiffures, vêtements, mobilier, vaisselle...

// Le fossé qui se creuse entre les rêves de petite fille et la dure réalité.

Une violence inouie dans cette vie si délicate : on a du mal à imaginer le choc de l'emprisonnement et de l'échafaud devant de si belles choses.
Il est aussi difficile de réaliser que ces personnages auréolés d'Histoire ont vraiment "vécu" autour des meubles et objets qui sont exposés. Tout ça paraît tellement surréaliste...

Un bon point aussi : la scénographie, plutôt réussie, avec des enfilades de pièces à la Versailles, des perspectives bien trouvées et la dernière salle plongée dans l'obscurité.

Joan as Police Woman @ Nouveau Casino

Après une première partie sympa (Ludéal, où comment réussir l'exploit de tenir un set tout seul à la guitare en captant l'attention du public - certaines formations s'y sont cassées les dents!), j'ai enfin pu voir la fameuse Joan.

J'ai découvert son premier disque (Real Life) cette année et je rêvais de la voir.

Elle alterne piano et guitare, accompagnée d'un batteur et une bassiste, rebaptisés choristes de temps à autre.
L'ancienne choriste (justement!) d'Anthony & the Johnsons, Rufus Wainwright, ex-girlfriend de Jeff Buckley, a vraiment quelque chose de spécial : un visage qui sort du commun, de l'humour, de la classe, une voix suave, féline, violente et douce.

Elle est aussi ce je ne sais quoi de new-yorkais... et fait vivre ses chansons dans le silence recueilli de la salle.

Un petit souvenir (en plus du *magnifique* t-shirt acheté) :

Une chose est sûre, elle dessine vraiment très mal (tentative de dessiner une licorne suite à une petite histoire racontée pendant le set).
Ouf, elle n'est donc pas parfaite, il y a une justice!!

free music

Où sommes-nous ?

Dans le 18e arrondissement, en remontant du bas de la rue Lepic, tournez première rue à gauche : Rue Cauchois.

Appréciez le calme... puis tournez à droite : Rue Constance.

Emerveillez-vous sur cette jolie maison en briques rouges recouverte de lierre, sur ce laurier rose en plein Paris, puis tournez à gauche : Impasse Marie Blanche.

Allez jusqu'au bout...

... et découvrez une maison insolite, neo-gothique de la fin du XIXe siècle, inscrite au Patrimoine Historique : le château Eymonaud.

> Trouvé sur le site du patrimoine : "Maison, appelée parfois "Castel Eymonaud", construite de 1892 à 1897 par l'architecte Joseph-Charles de Montarnal pour Ernest Eymonaud, sculpteur sur bois et fabricant de meubles. Spécialisé dans les copies de meubles anciens, Eymonaud conçoit sa maison comme un lieu de présentation de ses créations, dans un style néo-gothique. Outre sa décoration, la maison se caractérise par une tour de deux étages, une curiosité dans ce quartier du 18e arrondissement. L'édifice est allongé vers l'ouest en 1900 et agrandi d'une aile en retour en 1910. Cette aile, réalisée en pans de bois, abritait les ateliers de l'entreprise d'Eymonaud, "A l'Art Ancien"."

Je passe dans ce petit coin de paradis presque tous les jours pour aller / revenir du boulot.
Et c'est presque comme si je n'étais pas à Paris :)

Mon quartier va me manquer je crois...

Sophie Calle @ BNF : Prenez Soin de Vous

Dommage qu'il soit interdit de prendre des photos, j'aurais pu passer des heures à mitrailler la magnifique salle de lecture de la BNF Richelieu.

Pour l'occasion, tous les vieux rayonnages en bois ont été vidés. Une bibliothèque vidée de sa substance.
Mais nous nous retrouvons quand même au beau milieu d'un texte : une lettre.
On se balade littéralement "dans" l'oeuvre, on parcourt la grande salle en écoutant cette même lettre chantée, psalmodiée, dansée, disséquée, critiquée, analysée, romancée...

Ce qui est intéressant c'est d'avoir choisi d'interpréter la lettre à travers les différents métiers des intervenants : actrices (Jeanne Moreau, Elza Zylberstein, Victoria Abril..), chanteuses (Feist, Camille...), danseuses (Marie-Agnès Gillot, une danseuse indienne...), écrivains (Marie Darrieussecq, Christine Angot...), juges, avocates, psychanalystes, professeurs, jeunes élèves... Toutes des femmes qui portent un regard critique sur cette lettre de rupture, relativement minable, qui devient un formidable matériau artistique.

C'est la deuxième rupture que Sophie Calle transforme en oeuvre d'art, après Douleur Exquise.

Ou comment transcender sa peine à travers le regard des autres.

> A voir jusqu'au 15 juin à la Bibliothèque Nationale, site Richelieu (va falloir se depêcher, mais ça vaut vraiment le coup!)

Phénomènes

Les grands yeux clairs de Zooey Deschanel ne suffisent pas à faire oublier la nullité de ce film.

Oui, je pèse bien mes mots. Ce film est nul, mou, très décevant.
M. N. S. ne prend pas la peine d'installer son histoire, on ne s'attache pas une seule seconde aux personnages et aux situations.
Ce qui aurait pu être une bonne idée de départ (la nature qui se retourne contre les hommes) est complètement sous-exploité, sans parler des bons sentiments qui dégoulinent du début à la fin.

Bref, déçue, et un petit peu honteuse d'être allée voir ça.

Altercation

Je vous invite à aller jeter un oeil (et les deux oreilles) sur le myspace de Altercation, un groupe londonien avec Nina au micro, Vince à la guitare, Pete à la basse et Ziggy à la batterie (la page est longue à charger, patience...).

Oui oui, il y a bien un petit air de famille avec Nina, c'est ma soeur en fait, expatriée depuis 3 ans à Londres, et qui, entre petits boulots et galères, a enregistré une démo avec son groupe. Vu le peu de répèts' qu'ils ont, je trouve leurs morceaux déjà bien aboutis, avec un petit côté Joy Division dans la section rythmique ;)

Voilà, un petit post pour leur dire que leur démo me plaît beaucoup! :)

Allez écouter si vous êtes curieux, et n'hésitez pas à leur laisser un message si ça vous plaît!

Immerse your soul in love

Première soirée à Bercy hier soir pour voir la plus belle affiche de l'année : Bat for Lashes & Radiohead !

Super contente de revoir Bat for Lashes, pour une fois la première partie n'est pas l'ultime épreuve avant de profiter vraiment du concert!
Les morceaux prennent une toute autre dimension dans le volume impressionnant du palais omnisport de Bercy. Natasha Khan a des allures de grande prêtresse et sa voix incroyable s'envole très haut.
J'ai beaucoup aimé les 3-4 morceaux inédits, vite vite un nouvel album!!

Au bout d'une heure elle laisse place à Radiohead, accueillis comme des rois par la foule.
Deux heures trente de concert, c'est le groupe qui joue le plus longtemps que je connaisse !

Avec six albums il faut forcément faire des choix pour la setlist, mais chaque nouvelle chanson prend la forme d'une surprise dès les premiers accords, avec une résonance spéciale pour certaines d'entre elles :

All I Need / There There / Lucky / Bangers and Mash / 15 Step / Nude / Pyramid Song / Weird Fishes/Arpeggi / The Gloaming / My Iron Lung / Faust Arp / Videotape / Morning Bell / Where I End and You Begin / Reckoner / Everything In Its Right Place / Bodysnatchers

Rappel 1:
Exit Music For A Film / Jigsaw Falling Into Place / House of Cards / Paranoid Android / Street Spirit (Fade Out)

Rappel 2:
Like Spinning Plates / You And Whose Army? / Idioteque

Une pioche dans chaque album et l'intégralité de In Rainbows, la voix de Thom plus belle que jamais... Heureusement que je remets ça ce soir :)

Les jolies photos viennent de l'excellent site Photos and Gigs.

Passeport Danse : La Dame aux Camélias @ Bastille

Une heure sur les nuages avec les danseurs de l'Opéra de Paris, qui a la bonne idée depuis quelques années d'organiser des après-midi "découverte" autour des spectacles de la saison en cours.
On assiste donc à une répétition, avec corrections et indications en direct devant nos yeux éblouis.

Hier, la Dame aux Camélias de John Neumeier.
L'occasion pour moi de découvrir une nouvelle première danseuse : la sublime Eve Grinsztajn, expressive, douce et très très gracieuse.

Une jolie mise en bouche avant de retourner voir le ballet à Garnier en juillet. J'en reparlerai.

Un Américain en balade

J'ai dévoré ce joli carnet de voyage, entre Paris, Marrakech, les dunes de Merzouga, Barcelone et le sud de la France.
Des dessins qui me coupent le souffle, faits à l'arrache dans les souks ou tranquillement au pied d'un arbre, mais toujours soignés, incroyables, sensibles.

Ah comme je rêverais de savoir dessiner comme ça, d'avoir ce talent pour raconter mes voyages...

ils le font exprès...

Wonderful Town

Très envie de voir un film thailandais, pour changer, dévorer avec avidité de nouveaux paysages, découvrir un regard différent.
Finalement, ça ressemble à beaucoup de films asiatiques : lent, contemplatif, avec de très belles images.
Les paysages sont sublimes. Il y a quelque chose de sourd qui sous-tend le film, comme cette vague qui va et qui vient.
Mais l'histoire est sans plus. Trop simple? Suis-je passée à côté?

Tout ça révèle surtout l'envie d'être ailleurs, de partir vers le lointain, et rencontrer de nouvelles réalités.